L’ONU Annonce La Libération De Cinq De Ses Employés Au Yémen Un An Et Demi Après Leur Enlèvement

0
5987

Cinq employés des Nations Unies, qui avaient été enlevés au Yémen le 11 février 2022, ont été libérés, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, exprimant son soulagement.

« Le Secrétaire général est ravi d’apprendre la libération d’Akm Sufiul Anam, Mazen Bawazir, Bakeel Al-Mahdi, Mohammed Al-Mulaiki et Khaled Mokhtar Sheikh, les cinq membres du personnel de l’UNDSS (Département de la sûreté et de la sécurité des Nations Unies) qui avaient été enlevés au Yémen le 11 février 2022. Les informations disponibles suggèrent que les cinq collègues sont en bonne santé », a dit le porte-parole adjoint du Secrétaire général, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse publiée vendredi matin.

« Le Secrétaire général est profondément soulagé que leur épreuve et l’anxiété ressentie par leurs familles et amis soient enfin terminées », a-t-il ajouté. « Le Secrétaire général réitère que l’enlèvement est un crime inhumain et injustifiable, et demande que les auteurs rendent des comptes. Il exprime également sa solidarité avec les autres personnes encore détenues contre leur gré au Yémen ».

Enlevés dans le gouvernorat d’Abyan

Le Coordonnateur résident et humanitaire des Nations Unies pour le Yémen, David Gressly, a aussi salué la libération des cinq membres du personnel de l’ONU qui avaient été enlevés dans le gouvernorat d’Abyan, dans le sud du pays.

« Nos quatre collègues nationaux et un international ont passé 18 mois en captivité. J’ai été extrêmement heureux de constater par moi-même que les quatre collègues yéménites étaient en bonne santé lorsque j’ai pris l’avion avec eux pour Aden depuis Mukalla aujourd’hui », a dit M. Gressly dans une déclaration à la presse.

« Nos cinq employés reçoivent une assistance. Ils sont de bonne humeur et sont en contact avec leurs familles », a-t-il ajouté.

Il a remercié le gouvernement du Yémen et tous ceux qui ont aidé à obtenir la libération des employés de l’ONU et « contribué à assurer leur santé pendant une si longue période de captivité ».

« Alors que toute la famille des Nations Unies au Yémen est soulagée que nos collègues soient libres, nous rappelons également que d’autres membres du personnel des Nations Unies sont toujours détenus contre leur gré au Yémen. Nous sommes solidaires avec eux », a dit M. Gressly.

ONU-INFO

Facebook Comments Box