Afrique du Sud : l’ex-présidente du parlement inculpée pour corruption

0
12137

 

La désormais ex-présidente du parlement sud-africaine a été arrêtée jeudi pour corruption.

Jeudi, Nosiviwe Mapisa-Nqakula s’est rendue à la police à Pretoria et elle a été emmenée à la Cour des magistrats de la capitale sud-africaine où elle a été libérée après le paiement d’une caution de 50 000 rands – soit 2670 $.

L’ex-présidente de l’Assemblée nationale est au cœur d’un scandale portant sur environ 135 000 $ reçus en pots-de-vin lorsqu’elle était ministre de la Défense. Cette affaire fragilise davantage son parti, le Congrès national africain au pouvoir depuis la fin de l’apartheid en Afrique du Sud. Des législatives sont prévues pour le 29 mai prochain et l’ANC n’est pas en position confortable pour garder la majorité.

Mapisa-Nqakula a maintenu son innocence et a laissé entendre que les accusations portées contre elle étaient motivées par des raisons politiques.

Ces développements font suite à des semaines de controverse sur les allégations selon lesquelles Mapisa-Nqakula aurait reçu 11 paiements en espèces d’un entrepreneur de la défense lorsqu’elle était ministre de la Défense entre 2016 et 2019.

Son domicile de Johannesburg a été perquisitionné par les forces de l’ordre, et elle a été informée que l’État avait l’intention de l’inculper de 12 chefs d’accusation de corruption et de blanchiment d’argent.

Elle a démissionné de son poste de présidente du Parlement et de législateur quelques jours après avoir échoué dans une tentative judiciaire de bloquer son arrestation.

Elle a déclaré à la cour jeudi qu’elle ne risquait pas de fuir et qu’elle aurait beaucoup à perdre en éludant son procès, y compris sa pension d’État et l’accès à ses enfants basés à Johannesburg.

Les procureurs ne se sont pas opposés à la demande de libération sous caution de Mapisa-Nqakula.

Son cas a été reporté au 4 juin.

Africanews

Facebook Comments Box